Burkina Faso: Pays des hommes intègres

 

Situé en plein cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso est un pays enclavé sans littoral dont la superficie est de 274 200 km². Il partage ses frontières avec le Bénin au Sud-est, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo au Sud, le Mali au Nord-Ouest et le Niger à l’Est et au Nord-est.

Les Saisons

Situé dans la zone tropicale, son climat est caractérisé par deux saisons : une saison pluvieuse (juin à septembre) et une saison sèche (octobre-avril). La période favorable au tourisme est celle qui va de novembre à février car non pluvieuse et moins chaude. La période de chasse s’étend du 1er décembre au 31 mai.

Les principales zones climatiques

Trois zones climatiques se dessinent dans le pays :

  • une zone de climat sahélien au Nord où on enregistre 3 mois de pluies avec moins de 600 mm d’eau/an et des températures extrêmes de 10° et 45°C ;

  • une zone de climat nord-soudanien au Centre avec 4 à 5 mois de pluies et une pluviométrie comprise entre 600 et 1000 mm d’eau/an. Les températures annuelles oscillent entre 13° et 40°C ;

  • une zone de climat sud-soudanien au Sud pouvant enregistrer 5 mois de pluies avec une pluviométrie comprise entre 1000 et 1300 mm d’eau/an et des températures extrêmes de 12° et 38°C.

Le relief

Le paysage du Burkina Faso se caractérise par la monotonie d’un relief plat où l’altitude moyenne ne dépasse pas 400 m. le point le plus haut se trouve à l’extrême Ouest, près de la frontière du Mali, sur le mont Ténan-Kourou qui culmine à 749 m tandis que le point le plus bas, dans la vallée de la Pendjari se situe à 125 m. Plus de la moitié de la superficie du pays s’élève entre 250 et 350 m.

L’hydrographie

L’ensemble du réseau hydrographique du pays se rattache à trois bassins versants principaux ou internationaux : les bassins versants de la Volta, de la Comoé et du Niger.

  • Le bassin versant de la Volta : avec une superficie de 178 000 km², il est le plus vaste et se compose des sous-bassins du Mouhoun du Nazinon, du Nakambé, de la Sissili et de la Pendjari. Il occupe toute la partie centrale du pays.

  • Le bassin versant de la Comoé : situé à l’extrême Ouest et s’etendant sur 17 000 km², il se subdivise sur le territoire burkinabé en sous-bassin de la Léraba et de la Comoé.

  • Le bassin versant du Niger : d’une superficie de 79 000 km², il se subdivise en deux sous-ensembles : un sous-ensemble à l’Ouest composé seulement du Banifing, un autre au Nord-Est que se partagent les rivières suivantes : Béli, Gourouol, Dargol, Faga, Sirba, Gouroubi, Dyamongou, Tapoa et Mékrou.

La végétation

Le Burkina Faso présente trois principaux types de formation végétale. Les steppes au Nord, les savanes à graminées annuelles au Centre et enfin les savanes à graminées pérennes au Sud. A cela s’ajoutent des forêts claires et des forêts galeries le long des principaux cours d’eau.

La faune

L’étude de la faune révèle la présence de plus de 35 espèces de grands mammifères, essentiellement regroupés dans les domaines classés de l’Etat, comme les parcs nationaux, les réserves et les forêts classées. Outre ces mammifères, on compte une avifaune importante, enrichie périodiquement de nombreux oiseaux migrateurs. On dénombre également beaucoup de reptiles et d’autres espèces amphibies. De nombreuses espèces animales sont menacées d’extinction ou de disparition ; certaines deviennent de plus en plus rares.

Données démographiques

La population

Selon les estimations de l’Institut national de la statistique et de la démographie, la population est estimée à environ 18,5 millions d’habitants en 2015 dont 50,14% de femmes. Les personnes de moins de 20 ans représentent 59% de la population totale qui croit à un rythme de 3,1% en moyenne par an. La population urbaine représente environ 30% de la population totale (2015). La densité moyenne est de 67 h/km2. Terre d’hospitalité, le Burkina Faso est le fruit de nombreuses migrations de peuples venus d’horizons divers, qui s’y sont établis pour former aujourd’hui une communauté de 63 groupes ethniques. Les villes les plus peuplées (2006) sont Ouagadougou avec 1 915 102 habitants et Bobo-Dioulasso avec 724 971 habitants.

Pour plus d’informations (situation en 2015) voir par exemple sous :

http://www.insd.bf/n/contenu/autres_publications/TBD.pdf

Les ethnies et les langues

La population se compose d’une soixantaine d’ethnies d’importance numérique inégale qui n’occupent pas toujours des aires géographiques précises.

Quelques exemples de langues parlées au Burkina Faso:

  • Le mooré, langue des moosé
  • Le dioula ou bambara, langue des bambara
  • Le fulfuldé, langue des peulhs
  • Le Bwamu, langue des Bwaba
  • Le gulmantchéma, langue des gourmantché
  • Le tamacheq, langue des touaregs

Les religions

Le Burkina Faso est un Etat laïc, multiconfessionnel. On dénombre trois grands groupes religieux:

Musulmans 55,9%

Animistes 23,7%

Chrétiens 20,0%

Les diverses communautés dans leur diversité ethnique et religieuse vivent en bonne harmonie.

Pour plus d’informations voir par exemple sous : http://www.planete-burkina.com/religions_burkina.php

 
Armoiries et Drapeau

Les Armoiries

Les armoiries du Burkina Faso sont constituées ainsi qu’il suit selon la Loi N°20/97/11/an du 1er août1997.

  • La flamme supporte l’ensemble « tige de mil-lances-écusson ».Un écu portant au chef, sur une banderole d’argent le nom du pays: « Burkina Faso »;

  • Au cœur un écusson à deux bandes en fasce frappé de l’emblème national brochant sur deux lances croisées;

  • Deux étalons d’argent redressés supportant de part et d’autre l’écusson;

  • En pointe, un livre ouvert;

  • En dessous, deux tiges de mil à trois paires de feuilles vertes en demi-lune à partir du bas et à équidistance de la verticale passant par les pointes de l’écusson et de la branche supérieure de l’étoile de l’emblème croisées et reliées à leur base par une flamme portant la devise du pays « Unité-Progrès-Justice ».

Les deux étalons symbolisent la noblesse du peuple burkinabé ; leur position indique l’action et leur disposition, la nécessité et l’importance de l’union qui fait la force du peuple.

L’écusson symbolise la protection de la nation et l’amour de la patrie : bouclier contre les aléas, rempart contre toutes les agressions, il assure la sécurité de l’Etat.

Les lances symbolisent la détermination des fils du Burkina Faso à défendre leur patrie : leur position croisée traduit la vigilance et à la bravoure du peuple burkinabè

Le livre ouvert symbolise la quête du savoir et de l’instruction, facteur de progrès et de développement.

Les épis de mil symbolisent l’aspiration à l’auto-suffisante alimentaire et à l’abondance.

Le Drapeau

L’emblème du Burkina Faso est un drapeau bicolore (rouge et vert), divisé en deux bandes horizontales de dimensions égales.

Le centre du drapeau est frappé d’une étoile jaune/or à cinq branches. La ligne reliant sa pointe supérieure à son point central est perpendiculaire à la ligne de jonction des deux branches du drapeau.

La branche centrale de l’étoile ainsi que des deux branches latérale supérieures sont placées dans la bande rouge du drapeau et ses deux branches inférieures dans la bande verte.

Le diamètre du cercle reliant ses cinq pointes est égal au tiers (1/3) environ de la largeur du drapeau.

Signification des couleurs

Rouge: Il symbolise le sang versé hier, aujourd’hui et demain par les martyrs de la révolution pour en assurer la victoire. Par extension, il représente tous les sacrifices du Peuple Burkinabé.

Vert: C’est le symbole des diverses richesses agricoles de notre peuple. Il symbolise par extension l’abondance qui fera le bonheur de notre peuple.

Etoile jaune: Guide idéologique de la révolution Démocratique et Populaire dans sa marche radieuse.

 
Organisation politique

Nom Officiel

Burkina Faso

Nationalité

Burkinabè

Hymne National

Ditanyè (Hymne de la victoire)

Capitale

Ouagadougou

Type de gouvernement

Démocratie présidentielle

Devise

Unité – Progrès – Justice

Monnaie

Franc CFA (1 € = 655,957)

Evolution politique

Dans la vie politique de 1960 à nos jours, quatre républiques et des régimes militaro-civils se sont succédé :

  • 1960 – 1966 : Première République

  • 1966 – 1970 : Gouvernement militaire

  • 1971 – 1974 : Deuxième République

  • 1974 – 1976 : Gouvernement du Renouveau National

  • 1977 – 1980 : Troisième République

  • 1980 – 1991 : Régimes d’exception

  • 1991 à nos jours : Quatrième République

 
 Organisation administrative

Sur le plan administratif, le Burkina Faso est subdivisé en 13 régions dirigées chacune par un Gouverneur de région. Chaque région est constituée par un ensemble de provinces dirigées par des Haut-commissaires. Les provinces au nombre de 45 sont subdivisées en départements ayant chacun à leur « tête » un préfet.

Le département est formé par un ensemble de villages dirigés par les chefs de villages assistés aujourd’hui par les responsables administratifs villageois (RAV) qui sont les répondants de l’administration dans les villages. On dénombre 18 centres urbains dans le pays dont Ouagadougou est la capitale politique et Bobo-Dioulasso la capitale économique, des villes moyennes comme Koudougou, Banfora, Tenkodogo, Ouahigouya, Fada N’Gourma, Dédougou, Kaya, Dori, Gaoua, Diébougou, Gaoua, Koupéla, etc.

Dans le cadre de la décentralisation, le Burkina Faso a créé des collectivités locales que sont les régions et les communes.

Art. 2 : La décentralisation consacre le droit des collectivités territoriales à s’administrer librement et à gérer des affaires propres en vue de promouvoir le développement à la base et de renforcer la gouvernance locale.

Art. 3. : La décentralisation est accompagnée d’une déconcentration des services de l’Etat dans le but de renforcer les capacités d’action des collectivités territoriales.

Art. 4 : La représentation de l’Etat sur le territoire national s’effectue à travers des circonscriptions administratives. (Articles tirés de la Loi N° 055-2004/AN portant Code Général des Collectivités territoriales au Burkina Faso).

Le Burkina Faso comprend au total 350 communes urbaines et rurales.